Julien Alour Quintet : “Cosmic Dance”

La parité des pistons… # 2

Julien Alour Quintet : “Cosmic Dance”

Gaya Music/Socadisc

Par Dom Imonk

Chronique parue le 01 septembre 2016 dans la Gazette Bleue N° 18 septembre 2016

Natif de Quimper, Julien Alour est entré très tôt dans le monde de la musique puisque il débute à 7 ans le cornet et étudiera ensuite le classique. Il rejoint Paris à 22 ans car il décide de se tourner vers le jazz, avec Stéphane et Lionel Belmondo pour professeurs. En 2003, il poursuit au CNSM de Paris. Son jeu de trompettiste bugliste s’affirmant de jour en jour, il collabore déjà avec le gratin de la place, dont Eric Legnini, albums « Sing twice » et « The Vox » et Samy Thiébault, albums «Clear fire », « Upanishad experiences » et « Gaya Scienza ». Membre de « Panam Panic », groupe qui a deux disques à son actif, on le croise aussi sur le « Evidence » de Jean-Philippe Scali. D’autres rencontres et expériences le mobilisent et font de lui un musicien respecté et demandé. Très pris par ses divers engagements, et homme réfléchi, il ne sortira son premier album « Williwaw » qu’en 2014, l’attente a payé car c’est une belle réussite que la critique accueille avec les honneurs. Le groupe actuel est déjà présent et Julien Arlour compose et arrange tous les thèmes. Le disque a du plaire outre-Atlantique puisqu’en 2015, le quintet saute la flaque et atterrit au célèbre « Smalls » de New York, avec Seamus Blake en guest, public conquis. Le vent inventif et puissant qui avait animé « Williwaw » s’est de nouveau levé pour « Cosmic dance ». Album riche et dense où l’on retrouve la patte inspirée du leader et autour de lui François Théberge (ténor sax), Adrien Chicot (p), Sylvain Romano (ctb) et Jean-Pierre Arnaud (bat), remarquables musiciens unis en un tourbillon créatif incessant. En dix étapes, du thème titre au « Think of one » de Monk, on est transporté voire aspiré dans le flux d’un jazz moderne, aux envolées amples et lumineuses, telles qu’on les avait connues dans les sixties, soufflées par les Miles Davis et autres Freddy Hubbard. Avec « Cosmic Dance », le Julien Alour Quintet laisse de bien belles empreintes sur la voie lactée du jazz.    

www.julienalour.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s