Itamar Borochov – “Boomerang”

Pas de canopée sans racines # 2

Laborie Jazz

Par Dom Imonk

Chronique parue le 01 novembre 2016 dans la Gazette Bleue N°19 • Novembre 2016

Il y a un peu plus d’un an, Itamar Borochov nous avait enthousiasmés, avec son premier album « Outset ». Un son direct et racé, une inspiration vive et enjouée, marquée par un son new-yorkais, parfumé de senteurs orientales. On retrouve cette ferveur sur le nouvel album qui est même plus ambitieux, en proposant dix compositions aux ambiances très variées, où spiritualité et racines ne sont jamais loin et forment un fertile terreau aux envolées solistes. Entouré de Michael King (p), de Avri Borochov (ctb) et de Jay Sawyer (bat), Itamar Borochov habite avec eux ses belles histoires, il les conte de sa trompette voix et decline ainsi joie, enthousiasme, mais aussi mélancolie, voire gravité. Entourée de deux ravissantes miniatures, la fruitée “Tangerines” et la sombre “Eastern lullaby”, “Shimshon” est la première longue pièce du disque. Inspirée et envoutante, elle lance ce “Boomerang” à des hauteurs qu’il ne quittera plus. Le voici qui survole à l’instant Manhattan et nous depose en plein Greenwich Village, à “Jones Street”, le up-tempo de new-York nous aspire et c’est l’occasion pour le leader et Michael King de placer chacun de somptueux chorus. Le tandem contrebasse/batterie fouette les flancs de cet étalon qui semble ne plus pouvoir s’arrêter. “Adon Olam” leur offrira répis, avant que ne débute la splendide “Jaffa Tune”, brûlante déclaration d’amour d’Itamar Borochov à sa ville natale. “Avri’s tune”, dédiée à son frère, courte et d’une beauté triste, se verra vite consolée par le tonitruant “Ça va bien”, sorte de follow-up européen de “Jones street”. L’album s’achève par deux pieces jouées à coeur nu, belles et à pleurer : “Wanderer song”, d’abord calme et inspirée, puis prise d’une fièvre lyrique irresistible, suivie d’une douce “Prayer” dont la mélancolie pénètre l’âme et pousse à la spiritualité. “Boomerang” est une musique de paix, qui survole la forêt des hommes, de Jaffa à New-york, de la terre aux étoiles.

www.itamarborochov.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s