Concert Sainkho Namtchylak et Joëlle Léandre…

Aux Colonnes de Blanquefort (33) Mercredi dernier, concert d’ouverture du festival « Russie Mon Amour », organisé par l’association As Soon As Possible (ASAP), présidée par Philippe Méziat, et en collaboration avec Einstein On The Beach.

ASAP a pris la suite du bien regretté Bordeaux Jazz Festival, mais cette première édition s’annonce tout aussi prometteuse, et nous nous étions déjà régalés des Bordeaux Jazz Sessions qu’elle avait aussi organisées il y a quelques mois au Comptoir du Jazz.

Ce qui est l’une des forces de Joëlle Léandre, qui est déjà venue par ici, c’est que l’on ne sait jamais de quoi elle est capable et quels lapins sonores elle va encore extraire de sa contrebasse magique, surtout au contact d’autres musiciens. Elle est comme l’improvisation incarnée. On la connait bien et c’est pour ça qu’on l’aime.

Mais on connait peut être moins Sainkho Namtchylak.

Le programme nous apprend qu’elle est originaire de Tuva, en Sibérie méridionale, tout près de la Mongolie, plongée toute petite dans la tradition du chant diaphonique qu’elle apprend à l’école, elle est très vite attirée par les chants chamaniques.

Elle aussi a fait le tour du monde et a sorti grand nombre de disques dans des domaines assez variés dont celui de l’ethno-pop, mais aussi dans l’improvisation où, nous dit-on, elle a joué avec Peter Kowald et Evan Parker. La rencontre de ces deux femmes voyageuses du son se présentait donc sous les meilleurs auspices.

Elles sont arrivées toutes les deux, Sainkho Namtchylak, habillée plutôt clair, un petit bonnet sur la tête et Joëlle Léandre toute de noir vêtue, la coiffure d’une Jeanne-d’Arc défenseuses des sons, le regard décidé. Elles se sont regardées, puis Sainkho a commencé à chanter d’un mince filet de voix assez envoutante et mystérieuse, telle une mime, elle accompagne, son chant d’une gestuelle simple et minimale, qui épouse naturellement ses sons et ses silences. Elle prend diverses poses, dont celle de la pochette de « In Trance ». Joëlle est là, elle écoute, elle capte, elle est multiple et boisée, elle aussi à sa gestuelle, ses mimiques, sa voix, mais alors que Sainkho semble incarner, par une sérénité presque abstraite, un frêle oiseau face à l’espace et la quiétude aride des immenses paysages qui  ont du peupler son regard d’enfant à perte de vue, Joëlle est un tout, on la dirait écorce humaine d’un arbre/contrebasse enraciné(e) dans le son terrestre, qui se dresse fier et furieusement vivant face aux immensités suggérées par Sainkho.

Tout au long du concert, ce fût le jeu de l’oiseau et de l’arbre.

L’oiseau Sainkho à offert à l’arbre Joëlle ses chants et ses gestes les plus purs afin de le séduire et d’être admis sur ses branches les plus hautes. A un certain moment, Joëlle a comme succombé à Sainkho, elle est devenue une sorte d’automate conquis, gesticulant comme un pantin clown, qui s’est mis à chanter lui aussi,  à improviser des cris, des onomatopées, jouant avec beaucoup d’humour avec la contrebasse en la percutant, la tapotant des mains et des pieds, effet rythmique époustouflant et très amusant, tout celà alors que Sainkho poursuivait, imperturbable, son chant si délicieux.

Le concert s’est ainsi poursuivi comme un dialogue naturel entre ces deux immenses musiciennes qui se sont comprises et reconnues, en même temps que nous. Le dernier morceau c’est conclu par un fou rire entre les deux qui voulait surement dire « we did it ! ». Espérons qu’il y aura une suite, tournée, album, dvd, car ce fût carrément un choc pour nous ! En solo, en duo, ou dans d’autres expériences, allez voir ces personnes en concert, achetez leurs disques, ce sont des magiciennes !

dom
http://www.sainkho.org/en

http://www.joelle-leandre.com/
http://www.einsteinonthebeach.net/

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s